Hommage à Barcelone : réviser son espagnol en rumba !

Hommage Barcelone

 

Les 17 et 18 août 2017, des attaques terroristes islamistes ont eu lieu en Catalogne. La Rambla de Barcelone et la ville de Cambrils ont été la cible de l’organisation État islamique.

Comme beaucoup d’entre vous le savent, je vis à Barcelone. Je ne me trouvais pas à ces endroits le jour du drame. Mais en tant que Barcelonais de cœur, j’ai été profondément choqué par ces actes inqualifiables. Je tiens à vous remercier pour vos nombreux messages les jours qui ont suivi les attaques.

Aujourd’hui, la tristesse et la colère ont laissé place à l’envie de revanche, de revendication et de paix. Comment ? Simplement en continuant à aimer cette ville et à y vivre, presque comme avant.

Le blog peut également nous servir de revanche. Pour cela, je vous propose de continuer à apprendre l’espagnol, en gardant notre fun, avec cet article assez particulier. Continuons de faire la fête et d’apprendre, toujours presque comme avant. Je transforme en cours d’espagnol une rumba dédiée à notre belle ville : « Gitana hechicera ».

 

 

La chanson a été composée spécialement pour la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques de 1992, qui ont eu lieu à Barcelone. Peret, accompagné de Los Amaya et Los Manolos, deux groupes de rumba, ont entamé cette chanson au Stade Olympique de Montjuic. La chanson relève du style de la rumba catalane et est dédiée à la capitale catalane.

Voici les 3 points d’espagnol que nous enseigne cette rumba !

Vous pouvez cliquer ici pour retrouver les paroles de “Gitana Hechicera”

 

Point 1 – Pa’ qué ?

Vous aurez certainement remarqué, dans le couplet suivant, que le mot « para » peut être décliné sous plusieurs formes :

« Para el mar de amores: rumbas y flores.
Pa’ subir al cielo: vente al paralelo.
Para ahogar las penas: fuente canaletas.
Pal que busque novio: mercao San Antonio. »

À l’écrit, je vous demande de toujours écrire « para ». Mais, si vous vous rendez dans un pays hispanophone, vous vous rendrez compte que ce mot a tendance à être mangé… D’où le fameux « pa’ ti », qui signifie « para ti » (pour toi).

Peret ne se gêne pas pour contracter le para : « pa’ subir » = « para subir » (pour monter), ou à le faire fusionner avec un autre mot. Ce qui explique le « pal que busque » = « para el que busque » (pour celui qui cherche).

Si vous voulez réviser la différence entre POR et PARA, n’hésitez pas à regarder ce cours sur ma chaîne Youtube :

 

Point 2 – On parle au futur, on pense à l’avenir !

Voici d’autres paroles de la chanson :

« Ahí está esa hechicera gitana
Con su poder te llenará de ilusión.
También cambiará tu vida
Pues sus hechizos son buena suerte »

Barcelone vous envoutera, vous remplira d’illusion, changera votre vie… Je confirme à 200 % ! Ce texte est un peu à l’image de notre article, une envie de regarder devant. Quel temps utilise-t-on pour cela ? Le futur ! Un petit rappel s’impose.

Le futur simple en espagnol se forme à partir du verbe à l’infinitif auquel on rajoute les terminaisons de ce temps qui sont : -é, -ás, -á, -emos, -éis, -án

Voici la conjugaison de trois verbes réguliers en tableau !

Attention, ne négligez pas les verbes irréguliers à ce temps. Ils ne sont pas nombreux mais il faut tout de même s’arrêter dessus. Ils ne s’inventent pas ! (sinon, ce ne serait pas drôle !)

Si vous voulez vous entraîner sur le futur, n’hésitez pas à faire un petit tour sur cet exercice !

 

Point 3 – L’adjectif en espagnol : on le met où ?

Vous vous êtes peut-être arrêté sur ces paroles de la chanson :

« Gitana hechicera,
Hechicera gitana,
Tan llena de gracia,
Más guapa que el sol. »

Pourquoi Peret a-t-il mis l’adjectif après le nom, puis avant ? Y a-t-il un changement dans le sens ? Où place-t-on l’adjectif en espagnol ?

Petit rappel :

  1. En général, l’adjectif en espagnol se place derrière le nom.
    NOM + ADJECTIF
    Ejemplo : Es una ciudad bonita (c’est une belle ville).
  2. Parfois, les hispanophones placent l’adjectif devant le nom. Cela leur permet en général de souligner une qualité ou un défaut. Donc de renforcer la qualification du nom.
    ADJECTIF + NOM
    Ejemplo : Es una bonita ciudad, muy bonita. (C’est une belle ville, très belle).

 

Pour en revenir à notre chanson, le fait de dire « Gitana hechicera, hechicera gitana » ne sert pas simplement à rendre joli son. Peret renforce ainsi le caractère envoutant de Barcelone. On pourrait traduire ces paroles par : « L’envoutante gitane, la très envoutante gitane », ou « L’envoutante gitane, tellement envoutante ».

Attention, dans certains cas, la place de l’adjectif va modifier le sens du nom.

  • Es una mujer pobre (C’est une femme pauvre)
  • Es una pobre mujer (C’est une pauvre femme)
  • Un único hombre (Un seul homme)
  • Un hombre único (Un homme unique)
  • Mi antiguo piso (Mon ancien appartement – où je vivais)
  • Mi piso antiguo (Mon vieil appartement – vétuste)

 

Point bonus – « Gitana hechicera » : une manière de célébrer la diversité

« De par en par a todos les abre su corazón,
Sin excepción de raza ni de color »

« Gitana hechicera » est une magnifique chanson pour rendre hommage à Barcelone, une ville qui représente le mieux, selon moi, le respect de l’autre, de la tolérance et le vivre-ensemble. Certains d’entre vous, qui y sont déjà venus, auront peut-être vécu cette agréable sensation d’être déjà chez soi à peine arrivé, « sin excepción de raza ni de color ».

Continuons d’y vivre et de l’aimer, de la visiter et d’y faire la fête, malgré la tristesse et la colère. Le plus bel hommage que nous puissions faire à cette ville et aux disparus.

Terminons ce cours avec cette belle citation de Julio Cortázar (1914-1984, escritor argentino) :

« La esperanza le pertenece a la vida, es la vida misma defendiéndose. »
(L’espoir fait partie de la vie, c’est la vie même qui se défend.)

La vie continue à Barcelone, à Cambrils, partout ailleurs. Gardons espoir de jours meilleurs.

 

Si vous voulez vous exprimer et rendre à votre tour un hommage, nous nous retrouvons dans les commentaires. Merci d’avoir lu cet article, assez difficile à réaliser, je vous l’avoue. Un abrazo.

 

Share Button

9 Comments

  1. KHEDIDJA dit :

    Je suis pas d’accord avec vous Mr Karim, L’Islam est le paix pas la violence, le terrorisme n’avait aucun pays ou religion, On est tous contre les crimes et les dégâts que ce soient les victimes (ses origines ou ses religions).
    Je suis musulmane et algérienne de nationalité, et j’aime beaucoup l’Espagne et je vous suivre pour apprendre l’espagnol.
    Mes salutation De l’Algérie à l’Espagne <3 <3 <3 <3 tous pour Barcelone.
    ''Estamos todos para Barcelona''

  2. chrystel c dit :

    Hola Karim
    Très joli hommage à Barcelone dont tu sais exploiter l’utile pour l’apprentissage de l’espagnol. ¡Guay!

  3. Une belle leçon d’espagnol, et une belle leçon de vie. Bravo Karim.

  4. Très bel hommage, Karim.
    Oui, il faut aller de l’avant.
    Garder espoir et croire en des jours meilleurs.
    Un abrazo muy fuerte !

  5. Joli hommage à Barcelone, merci Karim d’avoir tourné les choses en ce sens.

    Profiter de la musique pour voir des points de grammaire permet de rendre l’apprentissage plus amusant 🙂

  6. Madeleine Lavagna dit :

    Cher Karim,
    Ton blog est super super.
    Margot m’a déjà demandé quand tu commences tes cours de français au Cercle.
    J’ai hâte de vous revoir.
    Bises.
    Madeleine

  7. Sincères condoléances à toi, Karim, le barcelonais de coeur.

    Toujours de très bonnes idées pour agrémenter les leçons.

    Un abrazo fuerte,

    Domi

  8. Me encanta tu blog. Muy profesional, útil, divertido. Gracias por compartir tu trabajo.
    Susana

    1. Hola Susana,
      Muchas gracias por tu mensaje. ¿Eres profesora? ¿O estás aprendiendo español?
      Un fuerte abrazo,
      Karim

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *