Irez-vous voir le prochain film de Penélope Cruz boycotté en Espagne ?

maxresdefault

 

L’un des avantages quand on vit en Espagne : avoir le privilège de voir les films espagnols avant les amis et collègues français ! Et aussi mieux comprendre leurs conditions de sortie. Je reviens justement du ciné, et je ne résiste pas à la tentation d’écrire un article sur le film que j’ai vu dès mon retour chez moi. Il s’agit de La Reina de España, nouveau film dans lequel joue Penélope Cruz, qui a justement fait couler beaucoup d’encre avant même sa sortie… Toutes les explications dans cet article.

Sinopsis

Espagne. Années 50. En plein franquisme. Macarena Granada (Penélope Cruz), la grande star américaine d’origine espagnole, fuit le glamour et l’extravagance de Los Angeles pour se ressourcer à Madrid, sa ville natale qu’elle a quittée il y a 18 ans. L’actrice va tourner un nouveau film dans lequel elle incarnera la reine Isabelle la Catholique. Quand il apprend son retour, Blas Fontiveros (Antonio Resines), qui n’était pas revenu en Espagne depuis qu’il avait tourné avec l’actrice le film La Fille de tes rêves, décide également de retourner en Espagne, et de rejoindre ainsi quelques vieux amis. Son arrivée déclenchera bien sûr une série d’événements qui mettront à l’épreuve le tournage de la superproduction.

Ce film est la suite de La Fille de tes rêves. Il réunit de très bons acteurs espagnols dont Penélope Cruz, Antonio Resines, Jorge Sanz, Rosa María Sardá, Neus Asensi, Santiago Segura, loles León et Jesús Bonilla

 

La polémique

Fernando Trueba reçoit le Prix National de Cinématographie d’Espagne

Pourquoi je suis allé voir ce film ? Avant tout parce que des Espagnols appelaient à le boycotter. Esprit de contradiction, que voulez-vous… La Reina de España, sortie el 25 novembre en Espagne, a été réalisé par Fernando Trueba, né le 18 janvier 1955 à Madrid. Il est très connu et respecté – enfin… jusqu’à l’année dernière… vous allez comprendre pourquoi –, il a notamment été critique de cinéma pour le célèbre quotidien El País. Il s’est fait connaître du grand public avec son premier film nommé Ópera mínima, primé au festival international du film de Chicago. Mais c’est avec Le Rêve du singe fou qu’il acquiert la renommée, confirmée ensuite avec La Fille de tes rêves avec Penélope Cruz, dont La Reina de España est justement la suite.

Le 19 septembre 2015, Fernando Trueba reçoit le Prix National de Cinématographie d’Espagne. À cette occasion, il déclare : « Nunca me he sentido español, ni cinco minutos de mi vida » (je ne me suis jamais senti espagnol, même pas cinq minutes de ma vie), « Siempre he pensado que en caso de guerra iría con el enemigo » (j’ai toujours pensé qu’en cas de guerre, j’irais avec l’ennemi) et « Me hubiera gustado que Francia ganara la Guerra de la Independencia » (j’aurais aimé que la France gagne la Guerre d’Indépendance, guerre qui opposa l’Espagne et la France à partir de 1808).

Le réalisateur nuancera ses propos quelques jours après en affirmant qu’il avait voulu montré son rejet de tout type de nationalisme et non de l’Espagne, mais c’est bien sûr trop tard, le pavé dans la mare était lancé… Quelques semaines plus tard, il devait recevoir la Espiga de Honor, qui a finalement été attribuée à Fernando Lara. Le malaise est bien présent. Ses détracteurs ont finalement attendu un an pour prendre leur revanche : ils ont appelé au boycott de son dernier film, La Reine d’Espagne.

Pour les curieux et pour écouter un peu d’espagnol au passage, voici l’intervention de Trueba. La vidéo montre la réaction du Ministre de la Culture :

 

L’échec partiel du film en Espagne, le succès du boycott ?

Fernando Trueba et Penélope Cruz pendant le tournage

Malheureusement pour le cinéaste et l’actrice, la sortie de La Reina de España n’a pas enthousiasmé les foules, bien au contraire… Le réalisateur a reconnu cet échec et a affirmé le lundi 28 novembre qu’il « mentirait » s’il disait que le boycott, causé par ses déclarations de l’année dernière, n’avait pas affecté son dernier film. Il s’est cependant dit « peu atteint » par la polémique et a laissé la porte ouverte à une possible troisième partie.

Certains médias espagnols ont repris ce point de vue en affirmant que le boycott avait fait « couler » la Reina de España dès la première semaine de sa sortie. Les spectateurs n’aimant pas les polémiques – Almodovar en a fait les frais récemment avec Julieta dont je vous parlerai bientôt sur ce blog –, beaucoup auraient évité ce film malgré l’énorme campagne promotionnelle réalisée par Atresmedia. D’autres médias relativisent le rôle du boycott, rappelant que le hashtag #BoicotTrueba n’aurait atteint qu’une centaine d’adeptes.

 

Pourquoi je vous recommande d’aller voir ce film ?

Avant tout parce que ça fait toujours du bien pour les oreilles d’écouter un film en espagnol. Essayez de le voir en VOST.

Je vous le recommande également pour son aspect historique. On y voit l’Espagne des années 50, en pleine dictature franquiste. Des images d’archives sont montrées et beaucoup de scènes sont tournées à la Valle de los Caídos, monument religieux commandé par le général Franco où il est enterré. Il est pensé comme un hommage aux combattants nationalistes morts pour l’Espagne pendant la guerre civile. Il s’agit d’un monument très polémique sur lequel j’écrirai très prochainement un article.

Allez-y aussi parce qu’on y rit beaucoup ! Malgré ses faibles entrées en salle, celle où je suis allée était pratiquement complète, et a beaucoup ri (moi y compris) ! Notamment sur ces Espagnols qui font succès à Hollywood et qui reviennent ensuite au pays. Vous verrez que sur ce sujet Penélope Cruz a beaucoup d’autodérision…

 

En attendant sa sortie en France… la bande-annonce en VO !


 

Ce film est maintenant disponible en DVD. ’hésitez pas à vous procurer le DVD Volver pour pouvoir regarder et regarder à nouveau le film. C’est en visionnant plusieurs fois un film, avec sous-titres puis sans, que l’on progresse !

Je me permets de répéter ma question : irez-vous voir le prochain film de Penélope Cruz malgré la polémique et ses mauvaises critiques ?

D’ailleurs, que pensez-vous de cette polémique ? Est-elle exagérée ?

J’attends vos commentaires, j’ai hâte de vous lire à mon tour !

Share Button

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *