Les 7 erreurs d’espagnol à éviter à tout prix – Niveau supérieur !

Personal development career

 

Le premier article sur les 7 erreurs à éviter en 2017 a reçu un très bon accueil (Cliquez ici pour le relire). Beaucoup d’entre vous m’ont mentionné des fautes courantes qu’ils n’arrivaient pas à résoudre et qui ne se trouvaient pas dans la liste. Voici donc… un deuxième round des erreurs d’espagnol à éviter !

Un conseil important : ne lisez pas cet article comme si vous lisiez votre Paris Match ou votre magazine Équipe. Il ne faut surtout pas être passif dans la lecture, sinon vous continuerez à commettre ces erreurs. L’espagnol est une langue vivante, il faut la mettre en pratique. Faites des fiches à partir des articles du blog et insérez un maximum les nouveaux points vus dans vos conversations.

La démarche à suivre :

  • Faites une fiche des erreurs qui vous concernent, mettez-la en évidence chez vous, lisez-là à intervalles croissants. Tous les jours, puis une fois par semaine, puis une fois par mois. C’est une bonne manière d’assimiler ces erreurs sans les oublier.
  • Faites les exercices que je propose et essayez un maximum de « caser » ces différents points dans vos prochaines conversations en espagnol. C’est le meilleur moyen de les retenir.
  • Parlez autour de vous de ces erreurs que vous commettez et des solutions que vous avez trouvées. Ce « coming-out » des erreurs vous permettra de les identifier davantage et de les supprimer. Les personnes à qui vous en parlerez, qui maîtrisent déjà ces points, vous aideront à les corriger.

 

Erreur 1 : Confondre « llevar » et « traer »

Beaucoup d’apprenants commettent cette faute. Je la faisais aussi. J’ai arrêté lorsque je l’ai identifiée et que j’y ai réfléchi sérieusement. J’ai finalement compris ces mots sans passer par la traduction, mais en apprenant un geste.
(Il s’agit d’une astuce pour apprendre le vocabulaire que j’ai révélé dans cet article : « Comment apprendre du vocabulaire sans l’oublier ?  »)

Llevar -> renvoie à un mouvement de moi/toi/lui… vers là-bas.
– Me llevo el perro a América (possibilité de traduire par emmener)

Traer -> renvoie à un mouvement de là-bas vers moi/toi/lui…
– Me trae el perro de América (possibilité de traduire par apporter)

Astuce mnémotechnique partagée par Erika (gracias !!) dans le dernier article des 7 erreurs :

  • LLevar contient le « LL » de aLLí. Le mouvement emmène vers allí.
  • À l’inverse, traer renvoie à aquí.

 

Erreur 2 : Penser que « mais » se traduit toujours par « pero »

Vous savez tous en général que « mais » peut se traduire par « pero ».

C’est en effet souvent le cas, sauf lorsque vous voulez opposer deux alternatives, deux choix. Dans ce cas, on ne peut pas dire « No… pero… ». Il faut utiliser le « No… sino… ». En effet, le « sino » vient proposer une alternative à la négation antérieure.

Par exemple : Mi lengua materna no es el español sino el francés. (Ma langue maternelle n’est pas l’espagnol mais le français.)

 

Lorsque sino est suivi d’un verbe conjugué, on doit rajouter « que » :

Esta persona no se burla de ti sino que te habla en serio. (Cette personne ne se moque pas de toi mais elle te parle sérieusement.)

 

Attention, il peut arriver que l’on trouve « no » suivi d’un « pero ». Cela veut simplement dire que le « pero » n’est pas présenté comme une alternative à la négation antérieure, mais comme une nouvelle proposition.

Par exemple : Enrique no es buen alumno, pero es inteligente. (Enrique n’est pas un bon élève mais il est intelligent). Le fait d’être intelligent n’est pas une alternative au fait qu’il soit mauvais élève.

 

Voici une jolie phrase pour se souvenir de « no… sino »

 

Et un exercice pour la route ! 😉

Cliquez ici pour faire l’exercice sur No… sino

 

Erreur 3 : toujours traduire « avoir » par « tener »

En français, le mot « avoir » peut renvoyer au verbe ou à l’auxiliaire, alors qu’en espagnol, les deux mots sont distincts. Alors évidemment, cela peut devenir source d’erreurs pour certains d’entre vous. Pas de panique, on explique tout :

 

Tener -> il s’agit du verbe avoir – posséder.

  • Tengo un coche / j’ai une voiture. (matériel)
  • Tener sed / J’ai soif. (immatériel)

Voici sa conjugaison au présent : tengo, tienes, tiene, tenemos, tenéis, tienen.

Tener est aussi utilisé pour l’obligation -> tener que

  • Tengo que ir a dormir temprano. (Je dois me coucher tôt)

 

Haber -> il s’agit de l’auxiliaire avoir, toujours suivi du participe passé.

Conjugué au présent et suivi du participe passé, il sert à former le passé composé.

Haber au présent : he, has, ha, hemos, habéis, han

 

Voici un exercice pour s’entraîner à distinguer « tener » et « haber »

Cliquez ici pour faire l’exercice.

 

Erreur 4 : Pour différencier « aquí », « ahí » et « allí » -> Il suffit de définir l’espace !

Il existe trois adverbes de lieu en espagnol : aquí, ahí, allí.

La différence n’est pas évidente quand on apprend l’espagnol : ils ne répondent pas aux différences existant entre « ici », « là » et « là-bas ».

 

Certains sont tentés de simplifier de la manière suivante :

  • Aquí = près
  • Ahí = un peu loin
  • Allí = très loin

 

Cela peut aider au début, mais vous vous trouverez vite coincés.

 

Pour comprendre la distinction, il faut prendre en compte le territoire du yo / tú / él

  • Aquí -> Se rapporte au « yo », ce qui se trouve dans mon territoire, que je peux atteindre
         – Yo tengo un balón aquí conmigo.
  • Ahí -> Renvoie à ce qui se situe autour du « tú », dans le territoire que tu contrôles.
         – Tú tienes un balón ahí contigo.
  • Allí -> Ce qui n’est ni dans mon territoire, ni dans le tien. Ce qui est dans le territoire d’un autre, d’autres personnes, identifié(es) ou pas. Ce qui se trouve chez l’autre.
         – Veo allí una casa -> la maison se trouve dans un territoire qui n’est ni le tien, ni le mien.

 

Voici une image pour récapituler à partir des trois exemples vus précédemment :

 

Attention : il y a une exception -> si on inclut le tú et le yo dans un même territioire, on peut dire que la maison está ahí -> car on décrit un territoire commun à tú et él, aquí, la maison peut donc être ahí !

Voici une vidéo que j’ai trouvée sur le thème, très inspirante. N’hésitez pas à l’écouter. J’ai intégré ses exemples à mon explication, pour que vous ne soyez pas perdus en l’écoutant.

Petit défi -> elle est EN ESPAGNOL ! LANCEZ-VOUS !

 

Erreur 5 : « Pourquoi » -> pourquoi est-il si compliqué à traduire ? 😉

Le mot « pourquoi » peut être traduit par plusieurs mots en espgnol. Voici des distinctions à connaître :

  • Por qué = pourquoi (on le retrouve dans des phrases interrogatives directes ou indirectes)
    -¿Por qué has venido? (Pourquoi es-tu venu ?)
    – No me has dicho por qué has venido. (Tu ne m’as pas dit pourquoi tu es venu.)
  • Porque = parce que
    – No he venido porque estaba ocupado. (Je ne suis pas venu parce que j’étais occupé.)
  • Porqué = renvoie au substantif pourquoi
    – No entiendo el porqué de su ausencia. (Je ne comprends pas le pourquoi de son absence.)
  • Por que = lorsque la raison est sous-entendue
    – No entiendo el motivo por (el) que no has venido.

Un deuxième big up à Erika qui avait expliqué cette distinction à un lecteur en commentaire de l’article précédent ! 😉

 

Erreur 6 : Ne pas différencier « pedir » et « preguntar »

Une erreur souvent faite par les francophones, ces deux verbes pouvant être traduits par demander :

  • Pedir -> Demander de faire quelque chose / Lorsqu’il est suivi d’un verbe, pensez à le mettre au subjonctif.
    • Me pide que me vaya. (Il me demande de partir.)
  • Preguntar -> Demander dans le sens de poser une question
    • Pregunta si vienes o si te quedas. (Il demande si tu viens ou si tu restes.)

 

Erreur 7 : Toujours traduire « jouer » par « jugar »

Attention à bien distinguer les trois manières de dire « jouer » en espagnol :

  • Tocar = jouer d’un instrument (Toco la guitarra)
  • Jugar = jouer en s’amusant (Juego al fútbol).
  • Actuar = jouer dans une pièce de théâtre, dans un film. (Actuó en una película famosa).

 

Parce qu’un article sans bonus est un peu comme une vie sans espagnol…

 

La différence entre « Buscar », « Encontrar » et « Conocer »

On a tendance à confondre ces verbes, par étourderie. Voici un petit rappel :

  • « Buscar » signifie chercher->  Busco trabajo. (Je cherche du travail).
  • « Encontrar » veut dire trouver -> No encuentro mis llaves. (Je ne trouve pas mes clés.)
    • Attention, ce verbe diphtongue : encuentro, encuentras, encuentra, encontramos, encontráis, encuentran.
  • « Conocer » se traduit par connaître -> No conozco a esta persona. (Je ne connais pas cette personne.)

 

ATTENTION : deux cas particuliers.

  • « Encontrarse con alguien » -> se traduit par tomber sur quelqu’un
  • Pour exprimer l’idée de rencontrer quelqu’un pour la première fois, on utilise « Conocer »
    • Conocí a mi marido durante un viaje a América. (J’ai rencontré mon mari pour la première fois pendant un voyage en Amérique latine.)

 

 

C’est terminé pour le deuxième round des erreurs que vous ne ferez plus en 2017 !!!

N’oubliez pas, ne restez pas passifs dans votre apprentissage, notez ces erreurs, pratiquez un maximum et AMUSEZ-VOUS EN PARLANT ESPAGNOL !

Beaucoup d’entre vous m’avaient parlé des difficultés qu’ils rencontraient pour distinguer « ser » et « estar », ou « por » et « para ». Pas de panique, je ne vous ai pas oubliés. Ces points étant importants, j’y consacrerai un article entier tout prochainement ! 😉

Avant d’aller vous reposer, je vous demande un dernier effort pour me donner vos impressions dans les commentaires.

 

Avez-vous l’habitude de faire ces erreurs ? En avez-vous d’autres que vous ne voulez plus faire en 2017 ?

Bien sûr, si vous avez des questions ou si vous n’avez pas bien compris certains points, je vous répondrai avec plaisir dans les commentaires !

Au plaisir de vous lire !  🙂

Share Button

25 Comments

  1. Petites coquilles dans cet excellent article comme tjs simple, efficace, bien écrit et ludique. Bravo!!!

    Jugo al fútbo > juego
    Toco guitarra > toco la guitarra

    Autre erreur courante dans le vocabulaire des francophones
    Confondre:
    – saber/conocer
    – enseñar / aprender
    > souvent on dit “el profe me aprende” (le prof m’apprend) or c’est el profe me enseña (le prof m’enseigne).

    Merci pour le clin d’oeil 🙂

    En tout cas un grand grand bravo a toi!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    et vivement le prochain article 🙂

    1. Karim Joutet dit :

      Uy, gracias por estas correcciones!! Ça piquait les yeux en effet 😉

      Tout à fait, il y a encore d’autres erreurs courantes… De quoi rédiger un troisième article ? Pourquoi pas !

      Merci à toi pour ton enthousiasme et ton partage de savoir, c’est toujours un plaisir d’avoir tes retours. Hasta muy pronto ! 😉

  2. Merci Karim, tu as repris dans ce nouvel article, toujours simple et parlant, des erreurs récurrentes dans mon cas. Une bonne résolution en découle: les éliminer du paysage avec des fiches et une mise en pratique régulière. Subsisterait à l’écrit le problème des accents, mais chaque chose en son temps ;). Hâte de te lire. Saludos y feliz año nuevo!

    1. Karim Joutet dit :

      Bonjour Cécile, merci à toi pour ton commentaire. Et bravo pour cette excellente résolution ! Les fiches sont un très bon outil de travail, surtout quand elles servent d’appui pour passer à la mise en pratique.
      Je note ta demande pour les accents. Tu verras, c’est assez simple ! 😉 Je m’y mets bientôt.
      Saludos !! 🙂 ¡Y feliz año nuevo también!

  3. ZAHIRA LADA dit :

    holá
    Gracias por tú ayuda..Lo que me cuenta del español son los acentos..siempre me equivoco!!!
    ¿Puedes darnos unas claves sencillas?
    Soy alumna en el instituto Cervantes de Burdeos y me encanta ese(o este?) idioma.
    Gracias y feliz año nuevo.

    1. Karim Joutet dit :

      ¡Hola!
      Gracias a ti por tu mensaje 😉
      No eres la primera que me habla de los acentos. Me pondré pronto a escribir un artículo sobre el tema. ¡Verás que no es tan complicado!
      Contento que te guste ESTE idioma. También escribiré algo sobre los demostrativos. Que te vaya todo bien en Burdeos, ¡te deseo lo mejor en tu aprendizaje para 2017!

  4. Pour la différence entre llevar et traer mon astuce mnémotechnique est sur le fait que le mouvement de “traer” et de “atraer” vers sois est le même. Ne reste plus qu’à enlever le a.
    Peut être que ça peut aider.
    Très bon article.

    1. Karim Joutet dit :

      Merci beaucoup pour cette astuce ! C’est très efficace en effet ! 😉

  5. Christelle dit :

    Tres sympa ces mémos pour les erreurs fréquentes. Bravo !

    1. Karim Joutet dit :

      Muchas gracias Christelle por tu mensaje ! 😉

  6. Bravo! Très clair, Karim 🙂

    Par contre, il me semble que ahí/allí sont équivalents (une orthographe est américaine, l’autre péninsulaire). C’est “allá” qui sert pour indiquer la distance maximale par rapport au locuteur. Ex: ¿Dónde vive? –> Allá, en China.

    Un abrazo,

    Paul

    1. Karim Joutet dit :

      Bonjour Paul,

      Merci pour ton message. Ce n’est pas vraiment l’usage que j’en ai. Je suis allé vérifier sur le net et l’opposition Espagne / Amérique latine ne revient pas souvent pour ahí/allí, mais je ne me permets pas de contredire un natif ! 😉

      Un abrazo

  7. Merci pour tes posts!! Très utiles!!!
    Pour ma part, je ne sais jamais quand utiliser “cual” ou quand c’est “qué”….
    Si tu connais la règle, je la veux bien!
    Merci

    1. 1/ Avec qué on demande le sens; avec cuál, on demande le nom:
      Ex: La sardana es el baile típico catalán.
      ¿Qué es la sardana? Es el baile típico catalán.
      ¿Cuál es el baile típico catalán? La sardana.

      2/ Quand ils sont utilisés seuls
      – qué s’utilise pour choisir un élément d’un groupe hétérogène
      – cuál s’utilise pour choisir un élément d’un groupe homogène

      Ex: ¿Qué compramos? ¿Un disco o un libro? (deux éléments différents)
      Mira estos discos. ¿Cuál compramos? (parmis les disques)

      3/ Par contre si tu mets le substantif, la différence entre groupe heterogene ou homogene n’a plus lieu
      Ex: ¿Qué zapatos compro? (quelles chaussures j’achète)

    2. Karim Joutet dit :

      Merci à toi Claire pour ton message ! Je vois qu’Erika m’a devancé (MERCI!!!). J’espère que sa réponse a pu t’aider.
      ¡Hasta pronto!

  8. Super,on s’y retrouve, c’est léger et très bien illustré au niveau des exemples. J’ai fait un power point sur ser -estar si jamais tu veux que je te l’envoie. Merci pour ce récapitulatif bien utile et ludique grâce aux mises en application. Très agréable de te lire!

    1. Karim Joutet dit :

      Bonjour,
      Merci pour ton commentaire. Je le veux bien oui ! J’ai programmé un article sur ser et estar pour dans deux semaines. Merci beaucoup de m’autoriser à l’utiliser !
      Voici mon mail pour communiquer : espagnolpasapas@gmail.com
      Gracias !! 😉

  9. Françoise DUMAHU dit :

    merci de pointer les erreurs que nous pouvons faire, le secret est aussi de connaître les différences entre la structure et la pratique de la langue française et celles de la langue espagnole
    nous commettons souvent l’erreur de retraduire littéralement 🙂

    1. Oui, c’est vrai, il faut éviter de passer par le français, pas toujours facile à faire 😉
      Gracias por tu mensaje,
      un abrazo

  10. Majdoubi dit :

    Encore un article tres interessant, merci 😉

  11. BARBRY Jean Michel dit :

    Bonjour
    Je suis un apprenti dans la langue espagnole et c’est donc avec beaucoup d’humilité que je signale ce qui me semble être deux erreurs dans la “leçon” ci dessus, au niveau de “TENER” ; Tener sed me semble vouloir dire “avoir soif” et non “j’ai soif” et dans la phrase qui figure un peu en dessous, “Tengo que que ir a dormir temprano”, n’y a t-il pas un “que” de trop ?
    En tous les cas, merci 1000 fois pour toutes vos propositions d’apprentissages qui sont ce que j’ai trouvé de mieux et plus intéressant sur Internet à ce jour. Un tel investissement pour la réalisation de tous ces articles pour une diffusion gratuite et facilement accessible aux néophytes comme moi en informatique mérite plus qu’un grand BRAVO! Il faut vraiment aimer la langue pour s’y consacrer ainsi et j’avoue même être troublé par une telle attirance pour Barcelone, très belle ville mais où tant de Catalans détestent si fort l’Espagne et le Castillan.

    1. Hola Jean Michel,
      C’est moi qui vous remercie de votre temps que vous me dédiez et surtout de votre confiance !
      Merci beaucoup pour la coquille. En effet, “tener que que” n’existe pas ! J’ai dû prendre trop de café quand j’ai rédigé l’article…!
      Concernant Barcelone, je vous avoue que j’ai un véritable coup de coeur pour cette ville ! Même si le coup de coeur s’étend à l’Espagne et plus généralement au monde hispanophone, que je continue de découvrir “pas à pas”. Je vis depuis plusieurs années à Barcelone, je parle catalan et j’ai beaucoup d’amis catalans ici. Je peux vous certifier qu’on n’y déteste pas l’Espagne ni le castillan, ou de manière très isolée (il y a de l’extrémisme partout…). Ils aiment l’Espagne et l’espagnol, pour la plupart, et n’ont d’ailleurs aucun problème avec le fait que je sois prof d’espagnol et que je m’occupe d’un blog sur le sujet. La plupart sont enfants d’Andalous, de Valenciens ou de Galiciens venus vivre en Catalogne dans les années 60. Par contre, il est vrai qu’il y a un véritable malaise ici, qui concerne davantage les relations entre Madrid et Barcelone, la reconnaissance de l’un envers l’autre et non pas tant une haine de la culture espagnole et de l’identité espagnole. La chose est bien plus complexe, à mon humble avis.
      Encore merci pour votre message !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *