Découvrir Saint-Jacques-de-Compostelle : une ville inclassable

Depuis des siècles, Saint-Jacques-de-Compostelle (Santiago de Compostela en castillan) suscite la curiosité des pèlerins et des visiteurs. La découverte du tombeau de Saint-Jacques, il y a presque un millénaire, représente la pierre angulaire de la fondation de la cathédrale et de la cité. S’il y a bien une ville de Galice chargée d’histoire et d’une atmosphère mystérieuse, c’est bien Saint-Jacques ! Vous voulez en savoir plus sur son histoire et les merveilles qu’elle recèle ? Alors allons sans plus attendre découvrir Saint-Jacques-de-Compostelle!

Saint-Jacques-de-Compostelle : entre histoire et légende

Même si l’on n’y a jamais (ou pas encore) mis les pieds, qui n’a jamais entendu parler des pèlerinages ou du chemin de Compostelle ? 

Qui est Saint-Jacques ?

Saint-Jacques, connu également sous le nom de Jacques de Zébédée ou Jacques le Majeur, est l’un des douze apôtres de Jésus-Christ. Pêcheur en Galilée, il abandonne ses filets pour se joindre à Jésus dont il sera l’un des apôtres les plus proches. À la mort de Jésus, il est chargé d’évangéliser l’Espagne et parcourt alors la Galice(qui s’appelle à l’époque « Gallaecia »). Il aide à fonder, au cours de sa vie, la « Première Église de Jérusalem », ce qui lui vaut d’être torturé puis décapité en l’an 44 par Hérode Agrippa I, dernier roi juif de Judée, qui veut donner un exemple à la communauté chrétienne. Il devient de cette façon le premier apôtre martyr.

La légende de Saint-Jacques-de-Compostelle

D’après la légende, deux des disciples de Saint-Jacques récupèrent sa dépouille et l’emmènent dans une barque magique jusqu’au port d’Iria Flavia. Jacques le Majeur est ensuite inhumé à l’endroit où se trouve aujourd’hui Saint-Jacques-de-Compostelle, le mont Liberum Donum.

La découverte du tombeau de Saint-Jacques

Le sépulcre de Saint-Jacques est mis au jour à l’époque carolingienne, en 813. Chaque soir, un ermite nommé Pélage (Pelayo) visualise une étoile éclairant un champ désert. Intrigué, il en parle à Théodomir, l’évêque d’Iria Flavia. Des fouilles sont organisées dans ce « champ de l’étoile ». C’est alors qu’est mis au jour un compostum, un cimetière en latin. Un corps est exhumé et Théodomir décrète qu’il s’agit de celui de Saint-Jacques le Majeur, bien qu’il pût tout aussi bien être attribué à un conquérant romain. Le Pape Léon III abonde dans le sens de Théodomir. 

Un premier sanctuaire en l’honneur de Saint-Jacques est édifié par le roi des Asturies, Alphonse II, mais il est détruit par les Maures à la fin du Xesiècle. Est érigée par la suite une cathédrale de style romanque l’on peut encore admirer aujourd’hui. 

Les miracles de l’apôtre

Saint-Jacques devient l’emblème de la Reconquête, période médiévale pendant laquelle les chrétiens reconquièrent les territoires de la péninsule ibérique occupés par les musulmans. Lors de la bataille de Clavijo en 844, il apparaît à des monarques chrétiens sur un cheval blanc brandissant une épée et les aide à vaincre les Maures. 

Ses apparitions se réitèrent par la suite en se multipliant et encouragent les guerriers qui parviennent à reconquérir l’Espagne en 1492. Elles favorisent aussi les pèlerinages à travers l’Europe vers la miraculeuse Compostelle. Saint-Jacques devient le patron de Galice et d’Espagne.

Le développement des pèlerinages vers Saint-Jacques-de-Compostelle

La naissance des pèlerinages

Le roi Alphonse II esquisse le premier chemin de pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle(Camino primitivo) et dresse église et monastère aux côtés du tombeau de l’apôtre. Saint-Jacques-de-Compostelle devient une ville Sainte indépendante de Rome et de l’Empire carolingien dans le royaume asturien et permet d’attirer des populations, de faire fructifier le commerce et de développer les savoirs. De nouvelles villes fleurissent le long du Chemin français(Camino francés) pour répondre aux besoins des marcheurs et se nantissent ainsi de monastères, d’églises, d’hôpitaux et de refuges qui accueillent nombre de pèlerins voyageant vers la ville Sainte.

Dès le XIesiècle et pendant des siècles, le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle fait figure de l’une des plus grandes villes de pèlerinage de la chrétienté et est surnommée « Jérusalem de l’Occident ». Les pèlerins viennent de plus en plus loin pérégriner vers le compostum sacré de Saint-Jacques, où des miracles se produisent.

 

Que recherchent les pèlerins ?

En chemin pour Saint-Jacques, les pèlerins, à travers une foi inébranlable, recherchent le Salut, principe propre à la chrétienté, tout en partant à la recherche de son soi profond. Se connaître et apprendre à connaître l’autre, au gré des rencontres sur les sentiers foulés par d’innombrables pèlerins au fil des siècles, tout en ayant un but en tête :découvrir Saint-Jacques-de-Compostelle. D’autres marcheurs sont animés par la volonté d’accomplir une peine, d’autres pour gagner de l’argent en faisant le pèlerinage au nom de quelqu’un. 

Un certificat remis par le Bureau du Pèlerin attend ceux qui portent la credencial(carte de créances) et qui réussissent à atteindre Saint-Jacques-de-Compostelle, à condition d’avoir effectué les 100 derniers kilomètres à pied ou à cheval ou les 200 derniers kilomètres à bicyclette. 

Essentiellement connue comme la destination privilégiée des pèlerinages catholiques, la ville de Saint-Jacques-de-Compostelle regorge de trésors divers et variés autant pour les yeux que les estomacs des touristes.

Découvrir Saint-Jacques-de-Compostelle : au cœur de la cité

Que l’on parte pour des vacancesd’une semaine ou un séjourde deux jours, un grand nombre d’activités sont incontournables à Saint-Jacques. 

Visite de la cathédrale

Entre 1078 et 1130, est édifiée à Saint-Jacques-de-Compostelle une cathédrale de style roman dont les dimensions, conçues pour recevoir un grand nombre de pèlerins, font d’elle l’une des plus vastes d’Europe (pas moins de 10 000 m² de superficie). 

Résultant d’un mélange d’architectures romane, baroque et gothique au gré des rénovations et agrandissements, la visite de la cathédraleoffre beaucoup à admirer : les 3 nefs, le maître-autel, les chapelles, le portique de la Gloire, les toits, la crypte de Saint-Jacques, les extérieurs avec les places et les façades, etc. Se procurer un audioguide ou s’inscrire aux visites guidéesde la cathédrale en se rendant à l’office de tourismepeut être utile si l’on ne sait pas par où commencer.

Àmidi a lieu la messe du pèlerin où il est possible d’assister (en fonction du calendrier liturgique) à la cérémonie du botafumeiro, un encensoir géant en laiton argenté pesant plus de 50 kg, haut de 1,50 m et dont l’oscillation atteint la vitesse impressionnante de 68 km/h. 

Promenade dans les parcs de la vieille ville

Les parcs de lavieille villeoffrent une superbe vue panoramique. Dans le parc de San Domingos de Bonaval, autrefois détenu par un couvent dominicain, le musée ethnographique du peuple galicien(Museo do Pobo Galego) et le Centre galicien d’art contemporain sont à voir. Plein centre, le parc de l’Alameda est le mirador par excellence permettant de prendre en photo les meilleures vues de la cathédrale.

Un incontournable : le marché

Impossible de voyager à Saint-Jacques-de-Compostellesans passer par le marché typique traditionnelde Abastos ! On y trouve une infinité de produits frais régionaux : fruits de mer, poissons, viandes, fromages, légumes, fleurs, il propose de tout et est ouvert tous les jours à l’exception du dimanche. Par ailleurs, au sein même du marché se trouve une cafétéria où l’on peut demander à faire préparer les produits que l’on vient d’acheter et un petit restaurant qui propose chaque jour d’appétissantes préparations à base des meilleurs produits du marché à déguster.

Et la gastronomie ?

Le point d’orgue de la gastronomiede Saint-Jacques-de-Compostelle est sans conteste le poulpe « a feira ». Fruits de mer tels que couteau, moules ou encore coques, sardines grillées selon la saison, poisson « a la gallega » préparé à l’huile et au poivron moulu, sont à tester dans cette ville du littoral galicien. Le tout accompagné de fromage au lait de vache d’Arzúa-Ulloaet de délicieux vins galiciens d’appellation d’origine de la région ou d’une eau-de-vie fabriquée à base de marc de raisin (l’orujo). Et pour terminer sur une note sucrée, pourquoi ne pas goûter le gâteau de Saint-Jacques aux amandes ? 

Cette liste de choses à visiter n’est pas exhaustive. Dans tous les cas, il est impossible de s’ouvrir à la culture galiciennesans passer par Saint-Jacques-de-Compostelle, déclarée Patrimoine Culturel de l’Humanitépar l’Unesco en 1985. Et si vous souhaitez faire du tourismedans une autre grande ville espagnole incontournable, pourquoi ne pas visiter la capitale de la Catalogne ? 

1 Comment

  1. Félicitations pour cet article, très intéressant ; on dit crédential pour une carte délivrée par une association laïque, et créanciale quand il s’agit d’une autorité religieuse.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *