San Fermín de Pamplona : una fiesta popular y polémica

En Pamplona, la capital de Navarra, situada en el norte de España, viene mucha gente cada año para celebrar el santo patrón de la comunidad floral, San Fermín.  Este festival se celebra todos los años, del 6 al 14 de julio y está en la tercera posición en número de participantes, después del Carnaval de Río y del Festival de la Cerveza de Munich. 

Según las estimaciones, la ciudad pasa de 200.000 habitantes anuales a 3 millones durante estos 9 días de celebración. Estas fiestas multicolores transforman la capital navarra, que se convierte en un espectáculo popular que mezcla lo profano con lo sagrado. El éxito de esta tradición me obliga a hablaros de esta fiesta, para comprenderla. Pero mi conciencia me obliga a conservar cierta distancia, y a afirmar mi rechazo de la corrida, como os lo explicaré.

El origen de las fiestas

Como ya se ha mencionado, la larga semana de fiestas celebra a San Fermín, patrón de Navarra. 

En el siglo III, cuando Pamplona formaba parte del Imperio Romano, San Fermín se convirtió al cristianismo gracias a un obispo francés: San Saturnino que vino a Pamplona a predicar la buena palabra. San Fermín viajó a Francia para estudiar y convertirse en obispo.

El Patrón San Fermín

Luego siguió los pasos de San Saturnino, pero se encontró con franceses que estaban en contra de sus acciones. Ya que se negaba a abandonar su lucha, San Fermín fue decapitado y enterrado. Sin embargo, parte de sus restos terminaron en su ciudad natal de Pamplona, lo que lo hizo popular….  

Y los habitantes decidieron celebrar una fiesta en su honor.

Los « sanfermines » – una semana intensa 

La corrida de toros es el punto culminante de esta famosa fiesta que convierte a Pamplona en una fiesta permanente. Y también es el elemento más polémico, como lo vamos a ver.

La fiesta de San Fermín empieza el 6 de julio al mediodía. Es el momento en que se lanza el txupinazo desde el balcón del Ayuntamiento. Este cohete marca el lanzamiento oficial de las celebraciones, el primer petardo se enciende bajo los gritos de los pamploneses que se ponen entonces el famoso pañuelo rojo

Durante las fiestas, cada mañana se organiza en el centro de la ciudad un desfile de gigantes. El programa de actividades también incluye bailes populares, conciertos, espectáculos de danza y, por supuesto, corridas, por lo general muy animadas.

El encierro

Todos los días, del 7 al 14 de julio, el encierro empieza en el corral de Santo Domingo cuando el reloj de la iglesia suena ocho veces. Tras el lanzamiento de dos cohetes, los animales salen en grupo para caminar, detrás de los jóvenes, los 825 metros que separan la puerta del corral de las arenas, en tres o cuatro minutos.

Los cohetes indican a los corredores los diferentes momentos de la carrera:

  •  el primer disparo anuncia la apertura de las puertas del corral; 
  • la segunda anuncia la liberación de los toros; 
  • la tercera, indica la entrada de los animales en las arenas; 
  • y el cuarto, que han vuelto a los toriles y que la carrera está terminada.

Un momento polémico – conocerlo

Tengo que confesaros que esta fiesta me pone incómodo. Primero, porque no puedo sentir admiración por una fiesta en la cual la muerte y el sufrimiento de un animal aparecen como un juego. Respeto la tradición y la cultura españolas, respeto al país que me acoge y en el cual he decidido vivir, por eso he decidido hacer un artículo sobre esta tradición tan importante para muchos españoles. Pero me permito, y espero no ofender a nadie, tener distancia con este juego y recordar que no podemos olvidar que el sufrimiento animal no es un juego.

La corrida hoy cuestiona el límite que existe entre tradición y violencia sufrida por un animal. Cataluña decidió suprimir las corridas en su territorio, y me gusta esta decisión. Otras autonomías no han querido hacerlo, todavía no. Lo lamento pero sigo difundiendo a través de este blog lo que es España hoy y su realidad cultural, hablando de lo que me gusta y lo que menos me gusta. Sabiendo que, al final, poco importa lo que opina el profesor. Y mejor así.

Celebraciones religiosas

De hecho, las celebraciones religiosas juegan un papel importante. Es a través de tres grandes ceremonias que las fiestas de San Fermín celebran al Santo: las Vísperas, la Procesión en honor al Santo y la Octava. 

Las Vísperas

Las cantan en honor al Santo. Es la primera manifestación religiosa de las fiestas. Tienen lugar el 6 de julio a las 8:00 de la tarde en la ermita de San Fermín. Los representantes del ayuntamiento llevan el traje tradicional de gala.

La procesión

Es sin duda una de las tradiciones más impresionantes de las fiestas de San Fermín. El alcalde y los concejales se dirigen hacia la iglesia de San Lorenzo para tomar la estatua de San Fermín y llevarla en procesión por las calles del centro durante una hora y media.             

Los acompañan los Gigantes, clarineros, maceros, txistularis, dantzaris, timbaleros, todos ellos son representativos de las diferentes corporaciones históricas.  

De vuelta a la iglesia de San Lorenzo, el Arzobispo celebra la Misa. En la plaza frente a la Catedral, los gigantes bailan al ritmo del txistus y de las gaitas. 

El final

Los sanfermines se acaban el 14 de julio a medianoche. 

La multitud se reúne en la plaza del ayuntamiento y, a la luz de las velas, canta « Pobre de mí » como despedida de las fiestas hasta el próximo año.  

A practicar

Hoy, vamos a practicar con el pretérito indefinido. Podéis mirar la clase justo debajo y después hacer el ejercicio. 😉 vamooooossss

Et un petit exercice pour pratiquer !

¿Conoces el San Fermín? ¿Ha participado alguna vez en estas celebraciones?

¡Esperamos sus reacciones en los comentarios! 

Version française

À Pamplona, la capital de Navarra, situé au nord de l’Espagne, beaucoup de gens viennent chaque année pour célébrer le saint patron de la communauté florale, San Fermín.

Ce festival se célèbre tous les ans, du 6 au 14 juillet et est en 3èmeposition en nombre de participants, après le Carnaval de Rio et le Festival de la Bière de Munich. 

Selon les estimations, la ville passe de 200.000 habitants annuels à 3 millions pendant ces 9 jours de célébration. Le succès de cette tradition m’oblige à vous parler de cette fête, pour la comprendre. Mais ma conscience m’oblige à avoir de la distance avec San Fermín, et d’affirmer mon rejet de la corrida, comme je vous l’expliquerai.

L’origine des fêtes

Comme déjà mentionné, la longue semaine des fêtes célèbre San Fermín, patrond e Navarre. Au IIIème siècle, quand Pampelune faisait partie de l’Empire Romain, San Fermín s’est converti au christianisme, grâce à un évêque français : San Saturnino qui est venu à Pampelune pour prêcher la bonne parole. San Fermín a voyagé en France pour étudier et devenir évêque. 

Ensuite, il a suivi les pas de San Saturnino, mais il a rencontré des Français qui étaient contre ses actions. 

Comme il se niait à abandonner sa lutte, San Fermín fut décapité et enterré. Cependant, une partie de ses restes ont terminé dans sa ville natale de Pampelune, ce qui l’a rendu populaire… et les habitants ont décidé de célébrer une fête en son honneur. 

Los Sanfermines – Une semaine polémique

La corrida de taureaux est le point culminant de cette fameuse fête qui a converti Pampelune en une fête permanente. Et c’est également la semaine qui crée la polémique, comme nous allons le voir.

La fête de San Fermín commence le 6 juillet à midi. C’est le moment pendant lequel se lance le txupinazo depuis le balcon de la mairie. Cette fusée amrque le lancement officiel des célébrations, le premier pétard s’allume sous les cris des habitants de Pampelune qui se mettent alors le foulard rouge. 

Durant les fêtes, chaque matin est organisé dans le centre de la ville un défilé de géants. Le programme d’activités inclut aussi des bals populaires, concerts, spectacles de danse et, bien sûr, des corridas, en général très animées. 

L’enfermement

Tous les jours, du 7 au 14 juillet, el encierro (l’enfermement) commence dans la cour de Santo Domingo quand l’horloge de l’église sonne huit fois. Après le lancement des deux fusées, les animaux sortent en groupe pour parcourir, derrière les jeunes, les 825 mètres qui séparent la porte de la cour des arènes, en 3 ou 4 minutes. 

Les fusées indiquent aux coureurs les différents moments de la course : 

  • Le premier tir annonce l’ouverture des portes de la cour
  • La seconde annonce la libération des taureaux
  • La troisième indique l’entrée des animaux dans les arènes
  • Et la quatrième, que les torilessont revenus et que la course est terminée. 

Un moment polémique – le connaître

Je dois vous avouer que cette fête me rend mal à l’aise. Premièrement, parce que je ne peux pas sentir de l’admiration pour une fête dans laquelle la mort et la souffrance d’un animal est un jeu. Je respecte la tradition et la culture espagnole, je respecte le pays qui m’accueille et dans lequel j’ai décidé de vivre, c’est pour cela que j’ai décidé de faire un article sur cette tradition importante pour beaucoup d’Espagnols. Mais je me permets, et j’espère n’offenser personne, d’avoir une distance avec ce jeu et de rappeler que nous pouvons oublier que la souffrance animale ne peut être un jeu.

La corrida pose la question de la limite qu’il existe entre la tradition et la souffrance animale. La Catalogne a décidé de supprimer les corridas sur son territoire, et je soutiens cette tradition. D’autres autonomies n’ont pas voulu le faire, pas encore. Je le regrette et je continue à diffuser à travers ce blog ce qu’est l’Espagne et sa réalité culturelle, en parlant de ce que j’aime et de ce que j’aime moins. En sachant, qu’au final, peu importe ce que pense le professeur. Et c’est mieux ainsi.

Célébrations religieuses

De fait, les célébrations religieuses jouent un rôle important. C’est à travers des trois grandes cérémonies que les fêtes de San Fermín célèbrent le Saint : les Vísperas, la Procesión en honneur au Saint et l’Octava

Las Vísperas

Les vêpres sont chantées en honneur du Saint. Il s’agit de la première manifestation religieuse des fêtes. Elles ont lieu le 6 juillet à 8h de l’après-midi dans l’ermite de San Fermín. Les représentants de la Mairie portent le costume traditionnel de gala. 

La Procesión

Le Maire et les conseillers se dirigent vers l’église de San Lorenzo pour prendre la statue de San Fermín et l’emporter en procession dans les rues du centre durant une heure trente. 

Ils sont accompagnés des géants, des clarineros, maceros, txistularis, dantzaris, timbaliers, ils sont tous représentatifs des différentes corporations historiques. 

De retour à l’église de San Lorenzo, l’Archevêché célèbre la messe. Sur la place face à la cathédrale, les géants dansent au rythme du txistus et des gaitas. 

La fin

Les sanfermines se terminent le 14 juillet à minuit. 

La foule se réunit sur la place de la mairie et, à la lumière des bougies, chante « Pauvre de moi » comme au revoir au fêtes jusqu’à l’année prochaine. 

Share Button

31 Comments

  1. Amandine dit :

    Holà Karim
    Merci pour tout ces cours que tu partages c’est vraiment top. Cette idée de défi de l’été est géniale, encore merci 😉

  2. Gracias Karim por este historia en Pampluna y este ejercicio sobre el pretérito.

  3. kathleen Walsh dit :

    78 toros fueron apuñalados! No me gusta este tipo de « fiestas »…
    para mi, « unas fiestas no pueden llevar por bandera el maltrato de ningún ser vivo »

    pero.. gracias por el ejercicio

  4. Carmen Rich dit :

    Bonjour Karim,
    Ce n’est pas moi qui vais participer à ces fêtes…
    Je déteste ça.
    Pauvres bêtes !
    Et cette ambiance…
    Alcool et violence…
    Non. Ce n’est pas pour moi…
    Bonne journée.
    Amitiés,
    Carmen

    1. Hola Carmen,
      Gracias por tu mensaje y por darnos tu punto de vista. ¿La próxima vez en español? 😉
      Un abrazo,

  5. ¡Qué dejen estos animales en paz!
    Para mi, las corridas, ¡Qué asco!

  6. Borel de Larivière dit :

    Pour moi, c’était  » un exercice de Lecture  » en Espagnol. Point.
    Ce n’était pas un  » debat » ou un « commentaire de texte »….

  7. patrice66 dit :

    Les censeurs de la bien-pensance et du politiquement correct ont encore sévis.. Sachez que 63% des Espagnols n’apprécient guère la corrida., mais que 57% ont regretté l’interdiction qui en a été faite en Catalogne.
    Je n’apprécie pas plus que cela, mais je respecte la culture Espagnole et je ne me MELE pas de ce qui ne me regarde pas.
    Je ne cherche pas à imposer mes points de vue .
    Pour toues ses rasons je préfère me retirer et aller voir ailleurs
    merci karim et bon courage

    jean patrice

  8. La premiere communaute a avoir interdit les taureaux il y a de ca 20 ans… Les Canaries

  9. freddy smit dit :

    muchas gracias por la historia de esta feria.

  10. Bonjour,

    Gracias por Tu articulo muy intéressante sobre la tradicion española.
    Gracias por tu opinion no es facil de tomar partido…

  11. Verstreken dit :

    Bravo pour vos articles mais je ne suis absolument pas fan de ce genre de fête ! Je trouve cela même choquant ! Merci d’avoir retiré l’article au nom du bien être animal et contre la bêtise humaine!

  12. bonjour. S.ans entrer moi aussi dans un débat où les pour et les contre ne cessent tous les jours de s’echarper dans la presse, les réseaux sociaux..etc…., je voulais te signifier que je continuerai à te suivre sur ton blog si instructif.
    Néanmoins, tout en respectant tes opinion et point de vue, sache que je ne les partage aucunement. Suis d’origine et de culture espagnoles, élevé dans les traditions espagnoles et taurines. Tant ma famille, mes amis espagnols ET français,sommes taurins. Et surtout, nous sommes tous des gens NORMAUX, sans aucun problème psy. Nous aimons les bêtes, le Toro Al Campo et dans l’arène. La corrida, est et restera tout à fait légale en Espagne et en France. Contre cette loi et son respect, beaucoup d’inepties, de mensonges et de manipulations, sont dites. J’y ajouterai des violences physiques et matérielles des extrémistes specistes qui constituent les groupuscules antis. Du pur terrorisme.
    Bref,….poursuis ton blog et ton enseignement, que je suivrai encore.
    Mais, et ce sera ma conclusion, ne donne plus jamais de grain à moudre ici, sur la Tauromachie et les Toros, je te prie. Sinon, non seulement je me desabonnerai, mais en ayant pris le temps auparavant de te ( vous ) répondre
    en défendant ma ( notre ) passion.
    Un saludo.

  13. Nicole Castellarneau dit :

    Hola Karim,
    Merci pour cette description de coutumes , elle existe et on en parle mais ce n’est pas un débat
    C’est ennuyeux que certains n’ont pas compris notre but : apprendre l’espagnol avec la vie de ce pays. C’est tout. Comme on dit : point à la ligne
    Merci pour tout ce que tu fais pour nous, pour titiller notre curiosité. et continuer à apprendre . Bravo !.

    1. Hola Nicole,

      Merci beaucoup à toi pour ton retour si sympathique et raisonnable.
      En effet, le but de ce blog est résumé dans son titre, apprendre l’espagnol pas à pas, et connaître la culture qu’il véhicule, d’Espagne et d’Amérique latine.
      Un abrazo, 😉

  14. Anne RATEAU dit :

    Il y a 54 ans exactement, avec mon bac en poche, je faisais connaissance avec ce beau pays qu’est l’Espagne et pour nous mettre dans l’ambiance, nous avions participé ma sœur et moi à la San Fermin.
    Inoubliable pour ces 2 jeunes françaises qui n’étaient jamais allées à l’étranger et qui ont fait de l’Espagne une destination privilégiée. Merci Karim pour ta jeunesse qui me rappelle de bons souvenirs
    en Espagne. J’attends la suite avec impatience.
    Anne

  15. Merci Karim pour ces leçons estivales qui nous permettent d’entretenir nos connaissances, merci aussi et surtout pour avoir soulevé le « problème » de la corrida à laquelle je suis farouchement opposée, étant une grande amie et défenderesse des animaux. Comme toi je respecte les cultures et traditions de ce pays dans lequel je vis mais cela ne signifie pas que j’en partage l’intégralité car pour moi cette fête pourrait fort bien être tout aussi interessante sans corrida. Il suffirait pour cela d’apporter les modifications qui s’imposent. Mais bien sûr, tout cela engendre des polémiques et nous pourrions en débattre longuement.

  16. Holà Karim, buenas noches,

    El secundo articulo me gusta mucho màs. Lamento que haya tantos turistas para hacer està fiesta. Por lo menos, hay muchos turistas al menos heridos o muertos a lo largo de los años recientes en Pamplona. Enhuerabuena Karim y sigue escribiendo tal articulos.
    Aprendí mucho leyendo los sucesos en los diarios como El Levante. Mi diccionario Español-Francès tiene las paginas negras por el utilisación casi cotidiana. Asi, en los sucesos, podras encontrar los verbos en el pasado!

  17. Hola Karim,
    Espero que estés bien .
    Decididamente, ¡qué verano… rojo! Rojo… el color de las tomates, del fuego, del lápiz de labios, del amanecer a veces, de la cólera, del vino, de la prohibición, y… del amor, de la pasión, de las frambuesas y de las cerezas. Este color mueva los sentimientos, sin duda alguna, y por lo tanto no deja indiferente. Está allí toda su fuerza.
    Después el rojo, un arco iris ?
    Gracias Karim pour avoir créer ce blog, pour l’alimenter régulièrement avec diversité, sérieux et humour. Merci pour cet apprentissage de « l’Espagne-ol » pas à pas. Pour l’imparfait, le présent du subjonctif et… pour le futur ? Una lectura sobre las tapas o el flamenco .
    Un abrazo

  18. Aparicio dit :

    Tes cours sont très intéressants mais je ne suis pas d’accord avec toi. La corrida est une tradition très ancienne qui remonte au 18e siècle et le taureau ne souffre pas comme tu le crois et je le sais de source sûre par un ami a moi toréador .

    1. Si tu en as, prends la place du taureau et tu donneras ton opinion, pas celle d’un autre.

  19. Bravo Karim, pour cette mise au point. Ton objectivité est la bienvenue. Mais en te lisant depuis maintenant longtemps, je n’ai jamais eu aucun doute sur tes intentions. Continue ces articles passionnants nous permettant de mieux connaître l’Espagne.

  20. Merci Karim pour ton article intéressant hormis ta prise de position sur la corrida. Elle fait partie de la culture espagnole elle est également une économie (nombreux touristes se déplacent pour assister aux corridas) j’habite la région de Nîmes et je peux te dire qu’aux ferias de Pentecôte et des « vendanges » tous les hôtels sont pleins et les restaurateurs et commerçants sont heureux. Occupons nous des femmes battues, des enfants maltraités, des personnes âgées qui n’ont pas de quoi manger avant de nous indigner sur la cruauté envers les toros (et le foie gras ? personne ne s’indigne que l’on bourre les canards et les oies ?) excuse moi pour ce petit laïus ceux qui n’aiment pas la corrida n’ont qu’à pas y assister point. Sinon article comme toujours (à part la prise de position) très intéressant. Merci encore; Sin resentimientos…Abrazo

  21. Herault Gilberte dit :

    merci Karim pour ces présentations estivales qui effectivement tournent autour du rouge. je pense qu’en tant qu’étrangers nous n’avons pas à juger une tradition très ancienne qui fait totalement partie de la culture espagnole. Il y a maintenant une « bien pensance » qui veut imposer sa loi (voire par des actions extrémistes) et qui fait que plus personne n’ose exprimer une idée différente. Méfions nous de l’uniformisation de la pensée!
    Dans la traduction du texte, j’aurais bien aimé savoir ce qu’étaient: clarineros, maceros, txistularis, dantzaris ??? ne connaissant pas les instruments espagnols.
    merci de ta réponse Karim et continue à nous informer sur les traditions culturelles espagnoles.

  22. Anne Rahf dit :

    Gracias por los dos articulos y tu trabajo para escribirlos!

    Merci pour le défi et ces explications très intéressantes sur les fêtes populaires espagnoles que tu nous prodigues chaque semaine. Tous mes encouragements pour les articles à venir!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *